Thierry Penneteau
Photographe

 

« La pluie fait des claquettes, sur le trottoir, à minuit » a écrit Claude Nougaro.
Le monde est mouvant. Notre existence est impermanente.
Soumis à des flux et des reflux que nous ne comprenons pas, nous nous entêtons néanmoins à créer un semblant d’état stable, un paysage ordonné que nous appelons notre vie.
Nous la gorgeons de couleur et de bruit, de lumières et de cris.
Nous en statufions parfois un instant, une seconde qui nous a paru plus belle, plus unique que les autres mais en faisant cela, nous choisissons d’ignorer une évidence : toutes les secondes ont la même valeur.
Mais la pluie transperce nos faux-semblants. La pluie dilue nos certitudes.
La pluie nous détrempe et nous mêle en un même ballet où nous découvrons les autres danseurs au hasard et dont nous ne connaîtrons jamais le chorégraphe. La pluie fait des claquettes sur nos mémoires et nos vies.
ª